Dis-moi Frigoulette, c’est quoi l’histoire du Medjarda ?

Le Medjerda était un vapeur, courrier de la Compagnie de Navigation Mixte qui effectuait la ligne de Port Vendres à Oran, avec retour. Ligne qu’il effectua de 1898, date de son lancement, jusqu’en 1913.

 

   

Ce trajet s’effectuait régulièrement tous les quinze jours. Le navire transportait des passagers civils et militaires, ainsi que le courrier et toutes sortes de marchandises.

  

Au début de la guerre de 14, le gouvernement français chercha désespérément des navires pour transporter des troupes et des équipements militaires. Le Medjerda fut mobilisé pour cette fonction et, rapidement, fut remis en service.

 

Le Medjerda de Port-Vendres à Oran (Algérie)

Lors de son premier voyage en tant que navire de transport militaire, dans la nuit du 6 Août 1914, un drame eut lieu à bord du Medjerda. Un lieutenant de l’armée, dans un accès de folie, tua d’un coup de feu le médecin du navire, qui était précisément un psychiatre.

  

Ses voyages au cours des années de guerre devinrent routiniers et la vigilance se relâcha progressivement.  La pire chose qui pouvait arriver au Medjerda et à tous ceux qui étaient à bord  était la routine et l’excès de confiance.

 

Le Medjerda était un petit monde dans lequel vivaient des hommes, militaires ou civils, un équipage, des femmes et des enfants, y compris deux prisonniers allemands

Le sous-marin allemand U-34, commença cette journée dramatique et fatale du 11 mai 1917, par le torpillage d’un cargo grec.

 

Départ de Port-Vendres du Medjarda – Sous-marin Allemand U-34

Dans l’après-midi, à environ sept heures et quart, le capitaine du sous-marin, de façon inattendue, repéra le Medjerda. Dans la stupide logique de la guerre, le sous-marin remplit sa mission et une seule torpille mit fin à la vie du navire et à celle de plus de 350 personnes qui faisaient cet ultime voyage.

Le Medjerda dans la tempête 

Sur toute la côte de Valence, on retrouva progressivement, des corps de soldats, celui d’un marin, de quelques femmes, et celui d’un enfant.

Le Medjerda touché par la torpille

43 survivants seront recueillis par La Nievre, un navire chargé de moutons, qui partit du port d’Oran qui recueilli les rescapés le lendemain matin du naufrage.

Il y eut aussi les 170 autres rescapés qui furent sauvés par l’équipage du Battenhall. Ce cargo, malgré le danger d’être attaqué par le sous-marin, recueillit les survivants pour les conduire à Port-Vendres.

 La troisième et dernière liste est celle des 17 rescapés qui se séparèrent du groupe et arrivèrent au petit village de l’Ampolla.

 

Monument commémoratif à l’Ampolla (Espagne)

Merci Frigoulette…. à bientôt