Dis-moi Frigoulette, parle-moi de Charlotte Julian !

Charlotte JULIAN est née à Perpignan le 12 Janvier 1951.

Résultat de recherche d'images pour "Perpignan1900" Image associée

Elle suit des cours au beaux-arts de Perpignan, dans l’espoir de devenir comédienne et chanteuse.

Résultat de recherche d'images pour "beaux-arts de Perpignan," Résultat de recherche d'images pour "ecole des beaux-arts de Perpignan"

Passionnée, elle n’hésite pas à faire tous les concours de chants de la région, et anime également les bals et les fêtes locales.

 

Rapidement le désir de gagner sa vie en chantant ou en jouant la comédie la pousse à monter sur Paris, où elle se fait remarquer en passant en 1970 à l’émission télévisée « Le petit conservatoire de Mireille ».

 

Durant deux ans Charlotte se produit dans différents cabarets parisiens avant de rencontrer le producteur Jean-Marc RIVIÈRES qui va lui changer sa vie et lui faire enregistrer « Fleur de province » qui sera un grand succès.

 

Jean-Marc Rivières

Charlotte enchaîne alors les titres et les succès comme :

« Rosie Rosie », « Je sors le samedi soir », « Tarte molle », « Tout le monde à la campagne »,  « Carnaval », « Quand on découvre qu’on est moche », « Beau cosmonaute », « Fred Astaire »,  « Y’a pas de métro à Perpignan », « merci Mme Irma », « Un personnage de Walt », « Bazooka boum boum (la reine des punks) », « La Bicyclette » « Zoubida »,  » Ah les galets ! » « Honki Ponki » et « Superstar ».

 

 

Puis le cinéma lui fait les yeux doux, et  Charlotte jouera ainsi dans « Le Rabat-joie », « La Pension des surdoués »,  « Aldo et Junior » et apparaît aux côtés de Patrick BRUEL dans « P.R.O.F.S », réalisé par Patrick Schulmann en 1985.

 Résultat de recherche d'images pour "Aldo et Junior" 

 « P.R.O.F.S »

En 1990, Charlotte est de retour à la chanson avec « Va t’faire cuire un œuf » en duo avec Patrick TOPALOFF.

Avec Isabelle Aubret   

En 2005 Charlotte revient avec l’album « Par le trou de la serrure » et participe en 2011, à la tournée « Âge tendre et Têtes de bois ».

Image associée 

Suite à son cancer des ganglions en 2013, elle se consacre à sa deuxième passion : la peinture.

 « C’est la peinture qui m’a sauvée. Chaque matin, j’avais envie de me lever pour terminer un tableau en chantier.»

  

Désormais marraine de l’association France Cancer elle se consacre exclusivement à la peintre.

 

Merci Frigoulette… à bientôt !