Châteaux et demeures – Notre Dame de Pène

Le lieu est en fait un ancien château médiéval bâti pour surveiller la vallée de l’Agly. Ce château est cité en 1011 sous le nom de « Castellum de Pena », il se trouve au sommet du pic Rodo à 335 mètres d’altitude.

Comme tous les châteaux de cette époque, il contenait une chapelle castrale, chapelle utilisée en temps comme église paroissiale des habitants de Cases-de-Pène.

            

La première mention de cette chapelle date de 1224 sous le vocable de Sancta Maria de Pena, le mot « Pène » signifie « Rocher » en catalan. Il suffit de voir les alentours de l’ermitage pour comprendre combien cette appellation se justifie.

           

Peu à peu le château perdit de son intérêt stratégique et il fut abandonné. On en a une trace encore en 1414 avec la construction d’une citerne, mais plus rien ne ressort dans l’histoire par la suite.

     

A Notre Dame de Pène, la première trace d’un ermite arrive assez tôt, en 1488.
Il s’agissait de Fra Daniel Benet.
           
Notre Dame de Pène, apparaît alors sous le vocable de « Hermita de Nostra Senyora de Pena ».

Ermite montrant la Saint-Vierge

Mais cette situation ne dura que jusqu’à la révolution française. En 1790 la toute jeune république vota une loi qui déclarait que les biens de l’Eglise étaient des possessions de l’Etat.
 
Ainsi tous les édifices religieux qui n’étaient pas le siège d’une paroisse furent vendus comme biens d’Etat, ce qui était le cas de Notre Dame de Pène. La chapelle fut rachetée par la municipalité de Cases de Pène.
Il est inscrit monument historique depuis le 1er juin 1992.